Le site TheWrap.com a publié un article perspicace à propos de la restructuration en cours  à Hollywood, à la lumière des plates-formes de développement transmédia. Voici quelques passages importants :

Sur la Paramount (à noter que Viacom à le même niveau global) :
Paramount déplace ses divisions DVD, numériques et les opérations d’octroi de licences de télévision dans une nouvelle division, baptisée Home Media Distribution, qui sera supervisé par le président Dennis Maguire, un dirigeant qui officie de longue date dans le divertissement. Le studio a également centralisé ses activités de  gestion cinématographique à Los Angeles.«Comme toutes les autres industries, nous devons porter une attention particulière à la façon dont le monde évolue et comment l’Internet change la façon dont les consommateurs achètent notre produit», dit un initié de la Paramount au journal TheWrap.

Sur Disney (sur qui j’ai écrit précédemment):Un peu plus tôt ce mois-ci, Disney consolidait sa division jouet avec le home entertainment en une seule division dirigée par Robert Chapek de manière à ce que cette équipe puisse interagir avec Wal-Mart et consorts à propos des DVDs, des jouets en peluche et des jeux.

Sur UltraViolet et la distribution numérique :

Prenez UltraViolet, le nouveau studio basé dans les nuages, qui porte les espoir d’Hollywood de soutenir un marché du DVD en chute libre en permettant aux consommateurs d’accéder plus facilement à leurs films sur des plateformes multiples. Au lieu de simplement acheter un disque Blu-ray, les consommateurs seront en mesure de stocker les films qu’ils possèdent dans un casier de droits numériques et de les graver sur un disque ou de les envoyer sur leur PC, consoles de jeux et leurs mobiles.

Sur l’impact des géants numériques:

Au-delà de la reconnaissance de la nouvelle réalité numérique, ces mouvements pourraient signaler que les studios copient le maigre modèle adopté par leurs frères des nouveaux médias ;  comme Facebook et Google qui accumulent des milliards avec une fraction des salariés.

Il en ressort deux choses :
  • La première est que la restructuration est bénéfique tant sur le plan opérationnel que de sa rentabilité. Une infrastructure moins cloisonnée facilite clairement la communication créative et la coopération intra-entreprise, ce qui devrait, à terme, générer de meilleurs produits. Du point de vue financier, cette rationalisation permet de réduire les coûts et d’amener une plus grande rentabilité, ce qui est une bonne nouvelle pour les investisseurs.L’envers de la médaille c’est que cela peut causer des problèmes pour le personnel. Le point takehome – et je voudrais l’étendre ce pour de nombreuses industries au-delà des médias – est ceci : si votre expertise est purement dans une seule expertise très spécifique (surtout si elle est une zone attaquée telle que la distribution traditionnelle) et vous que vous n’ayez pas une compréhension complète de l’ensemble du secteur, vous pouvez voir votre boulot disparaitre. Chaque marque d’entertainment de produits médias va être conçu comme une plateforme multi-« 360 » vous devez être conscients de cela.
  • Le deuxième point important est que l’article pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Il ne peut y avoir de doute quand au sens de la restructuration dans une perspective d’entreprise, en particulier dans le climat économique actuel. Cependant, comment ces nouvelles structures vont affecter les processus créatif existants ? Allons-nous voir des produits numériques et de consommation intégrés dans le développement créatif à un stade précoce ? Est-ce que la restructuration des studios va affecter la façon dont les talents d’Hollywood et les agences fonctionnent ? Allons-nous voir les divisions numériques et les agents devenir plus importants (en tenant compte de la CAA na peut être ouvrir un bureau à la Silicon Valley, et que les deux UTA et WME ont des expansions  numériques)?
Et surtout, le plus important, lorsque l’économie se redressera et que les studios vont recommencer à embaucher, quel genre de nouveaux rôles, de nouvelles responsabilités et possibilités seront créées? Je suis extrêmement optimiste sur l’intégration de la distribution numérique, les médias sociaux, et la narration transmédia, mais nous sommes assez loin de la réalisation de cette combinaison.