Ceci est la traduction par Athalia Saturne d’un article initialement publié sur Shared Story World par Scott Walker le 7 Septembre 2011

Ceci est le deuxième article de la série sur la conception de SSW.


Le genre dans lequel vous situez votre SSW aura un impact immédiat sur la manière de contribuer et de participer du public. Certains genres se prêtant davantage à la participation que d’autres, il est donc important de considérer les avantages et inconvénients de chacun avant de faire son choix, en particulier si votre SSW a un élément commercial ou si votre modèle économique demande un niveau de participation élevé.
Généralement, un SSW situé dans notre monde (la terre) et notre époque (cette année) est le plus propice à la participation du public. Ici, pas besoin de décors sophistiqués, de costumes spéciaux, d’effets spéciaux générés par ordinateur ou de connaissances ésotériques de cultures historiques ou imaginaires. Dans certains cas, il suffit de prendre un téléphone portable et de se lancer ! Les genres qui s’intègrent le mieux dans ce contexte sont le policier, le drame, la comédie et les histoires romantiques.
En modifiant un peu les paramètres du « ici et maintenant », on arrive à la catégorie de la science-fiction urbaine/fantasy  urbaine, dans laquelle se situe par exemple « Twilight ». Le monde de cette histoire est un monde pareil au notre auquel on aurait ajouté des vampires et des loups garous. « Harry Potter » est un autre exemple de ce genre, même si une grande partie de l’action a lieu dans la zone magique de Poudlard.
Le public doit bien connaitre ces mondes et leurs règles avant de contribuer (par exemple, si l’on écrit une histoire dans le cadre de « Twilight », il est nécessaire de savoir que la lumière du soleil ne tue pas ces vampires-là) mais le savoir nécessaire à la contribution est vite acquis. Si les « règles » du SSW sont directement révélées dans les histoires, l’acquisition du savoir ne pose absolument aucun problème (nous traiteront le sujet des bibles/ wikis de mondes plus tard).
Même si la fantasy et la science-fiction (« Le Seigneur des anneaux », « Dune ») sont très populaires, ce sont des genres dont l’étrangeté entrave souvent la participation. Ils présentent des cultures étrangères – si ce n’est extra-terrestres – qui ont parfois même leur propre nouvelle langue, leur histoire et leur mythologie. Même la science-fiction située dans un futur proche nécessite d’acquérir un certains nombre de connaissances du monde, puisque le public doit connaitre toutes les différences entre « avant » et « maintenant » (différences qui peuvent être aussi bien culturelles que technologiques). Plus le monde créé est riche, plus votre public devra fournir d’efforts avant de contribuer.
On peut également voir la question sous un autre angle : quelle quantité de travail un participant doit-il fournir avant de pouvoir commencer à contribuer ? Quelle quantité de recherche est nécessaire, combien d’histoire/ de mythologie du monde doit-être apprise avant de pouvoir commencer à contribuer à votre monde ?
Il y a une corrélation directe entre la densité d’un SSW et son pouvoir d’immersion. Il y a une corrélation similaire entre la densité d’un monde et la difficulté pour le public d’y  contribuer. Vous devez donc chercher à trouver un équilibre entre densité et difficulté.
La bonne nouvelle, c’est que même pour les mondes étrangers les plus denses et riches il est possible de créer des aires de petite amplitude clairement définies pour la participation du public. Il y aura très bientôt un post dédié uniquement à leur conception, mais, pour le moment, pensez aux moyens d’augmenter la participation du public en diminuant le nombre de choix créatifs que vous faites.

Quelques questions à se poser :

  • Quel genre convient à votre histoire ou idée de monde ?
  • Quelle est l’influence de ce genre sur la facilité ou la difficulté pour le public à créer du contenu ?
  • Si vous créez un monde grand et dense, vous est-il possible de créer des invitations à participer plus petites et réduites en amplitude afin de faciliter la contribution du public ?