Et voici la suite de l’article d’Andrea. L’article est un peu dans l’idée d’un article précédemment publié :” Comment un producteur Transmedia peut gagner de l’argent ?
Andrea Phillips :
J’ai affirmé, dans le post précédent qu’il est possible de gagner sa vie correctement en travaillant dans le Transmedia, et ce, en tant que freelance ou en tant que salarié … Mais ces deux méthodes ont leurs inconvénients. Maintenant étudions la troisième voie à partir de laquelle vous pouvez construire une carrière Transmedia : La création d’entreprise.
Je pense parfois que le cycle de vie naturel d’un pigiste Transmedia le conduit inévitablement à démarrer sa propre entreprise. Les rangs des pigistes ont fondu de façon drastique ces deux dernières années car beaucoup de mes contemporains ont agi de cette manière.
Vous pouvez vous demander pourquoi je n’ai pas, moi aussi,  lancé ma propre agence, pitchant mes projets à l’ensemble de ces supers contacts que j’ai tant vanté dans la première partie de ce post. J’y ai pensé, bien sûr, mais je vois mes amis qui ont sauté le pas en proie à des cauchemars bureaucratiques. Tout à coup, au lieu de faire leur travail, ils font la paie et la comptabilité.
Ai-je dit combien j’aime ce travail ?
Si vous lancez une entreprise transmédia, vous avez besoin de savoir d’où vient l’argent qui entre dans les caisses. Voyons comment une entreprise Transmedia peut gagner de l’argent.

Les Commandes

Quand on pense transmédia, la plupart d’entre nous pensent d’abord à un travail de commande. Vous commencez par lancer une agence, un studio, une société de média ou de production. Puis vous vendez les travaux de votre entreprise à une autre société. Cette autre société veut généralement mettre sur ​​le marché un produit (parfois un autre produit de divertissement), mais parfois c’est autre chose :

La plupart des grandes expériences Transmedia ainsi que les ARGs  auxquels vous pouvez penser tombent dans la catégorie des travaux de commande :

Ma carrière en tant que pigiste a surtout tournée autour de projets commandés comme au dessus,  je me fait embaucher par une société de production qui travaille à son tour pour, disons, Channel 4.
Si vous démarrez votre propre entreprise des médias, vous êtes essentiellement en freelance mais avec des enjeux plus importants. Les risques de ne pas avoir de projets et ne pas être payé existent encore, pire, vous êtes maintenant responsable  d’autres personnes en plus de vous-même. Ce n’est pas un boulot pour les faibles.
Pour devenir le CEO à plein temps d’une agence, vous feriez mieux d’avoir un carnet d’adresses incroyable et un contrat ou deux signés et notariés. Vous feriez bien, également, d’avoir une feuille de route à montrer aux clients potentiels. Il était une fois ou vous pouviez obtenir un contrat juste en parlant d’un bon jeu, mais de nos jours, il y a beaucoup de concurrence. Si vous êtes débutant, il serait sage de garder votre travail de jour et de développer votre entreprise le soir et le week-end autant que possible … ou de garder d’autres sources de revenus …
Heureusement, il y a beaucoup de sources de revenus potentiels  pour le travail indépendant.

Devenir Indépendant (Indie)

Disons que, juste pour pouvoir prendre un exemple, que vous n’avez pas un carnet d’adresses rempli de gens qui ne demandent qu’à travailler avec vous. Ou peut-être que oui, mais vous avez une histoire transmedia dans la tête et vous voulez juste la réaliser. Comment faire ?
Tout d’abord, il faut reconnaître que le travail transmédia est très rarement un effort solo. Il était une fois, j’ai dit qu’un ARG avait besoin de trois compétences de base :

  • Un écrivain,
  • un concepteur,
  • un technologue.

Aujourd’hui, en parlant du futur du Transmédia, j’en ajouterais un quatrième – un producteur.
Vous allez donc avoir besoin de construire une équipe. Mais cela ne nécessite pas forcément quatre personnes différentes, une pour chaque rôle. Le Transmedia est le domaine de généralistes et de bootstrappers, des personnes qui sont capable de sortir d’une description de poste afin de faire tout ce qui doit être fait. Gardez cela à l’esprit lorsque vous recrutez.
S’il y a la moindre chance d’avoir de l’argent sur ​​ la table, vous allez avoir besoin d’être très clair sur la façon dont il sera divisé, et vous allez avoir à vraiment, vraiment faire confiance aux gens avec lesquels vous allez travailler. Le choix d’un partenaire en affaire est aussi grand que l’engagement, par exemple, de se marier. Dans les deux cas, si vous faites un mauvais choix, vous pouvez finir lessivé et laissé en sang. Pensez à obtenir un contrat prénuptial, les enfants. L’amour ne peut pas durer éternellement, mais un contrat signé OUI.
Ensuite, si vous allez faire un travail indépendant, vous avez besoin de savoir comment monétiser votre audience. J’ai de bonnes nouvelles et de mauvaises nouvelles :

  • Les bonnes nouvelles sont qu’il y a beaucoup de manières de le faire,
  • Les mauvaises nouvelles sont qu’aucunes d’elles ne vous feront gagner beaucoup d’argent à moins que et jusqu’à ce que vous puissiez vous procurer vous-même une audience énorme.

Hey, si c’était facile, tout le monde le ferait, non?

La Publicité

Jusqu’à présent, la plupart de l’argent dans le monde Transmedia provient, d’une façon ou d’une autre, de la publicité. Soit l’expérience est financé par le budget marketing d’un autre projet, comme une émission de télévision (qui est, à son tour, financé par des fonds publicitaire) ou encore le commanditaire envisage d’utiliser le contenu comme un conteneur pour la publicité (mettre de l’expérience Transmedia dans cette émission de télévision). Lorsque MTV commande une expérience originale transmédia, c’est parce qu’ils peuvent obtenir un contrat de sponsoring avec, oh, Verizon, par exemple. Ces publicités inondent d’euros le commissionnaire, qui en distribue un peu à la société de production transmédia. Le cycle des médias se poursuit.
Mais la publicité peut aussi être envisagé pour un travail indépendant. Il existe deux types de publicité à regarder :

  • les annonces classiques,
  • le placement de produit.

Vous ne serez pas en mesure d’obtenir le placement de produits, sauf si vous pouvez prouver que vous avez une très bonne audience en ce moment. Le seul projet transmédia ou ARG dont je suis au courant qu’il a fait du placement de produit a été LonelyGirl15, et cela a été terriblement maladroit ; sans doute parce que lonelygirl n’avait pas beaucoup de pouvoir de négociation. Je ne pense pas que cette source de revenu ait été exploré à fond.
Les Annonces classiques sont une bonne et une mauvaise chose. Elles sont faciles à mettre en œuvre, vous n’avez pas à prouver que vous avez un public pour mettre des annonces Google sur vos sites Web. Mais elles peuvent sembler distrayantes et non professionnelles. En plus, elles ne vont pas vous rapporter beaucoup d’argent sauf si vous obtenez beaucoup de trafic. Dans l’analyse coût / bénéfice, je n’aime pas les bannières publicitaires et ce qui y ressemble.

Donations

Un de mes projets transmédias-lite préférés , Shadow Unit, met son contenu en ligne gratuitement, avec seulement un pot à remplir, vous donnez ce que vous voulez. Je ne sais pas combien d’argent ils ont fait sur ​​le projet, mais ce n’est certainement pas des millions. Heck, ce n’est même pas assez pour vivre, ils sont tous encore en train de travailler sur d’autres choses. Et c’est certainement plus que ce que vous serez susceptible de gagner si vous allez dans cette voie. Shadow Unit est l’œuvre d’une poignée d’auteurs de science fiction primés et dont le travail est suivit par des  fans.
Pourtant, il y a des avantages à cette approche. En créant zéro barrière à l’entrée de leur contenu, Shadow Unit (et les artistes à  plate-forme unique comme Amanda Palmer, Jonathan Coulton, Cory Doctorow) font qu’il est plus facile d’obtenir une nouvelle audience enthousiaste. Comme la taille du public grandit, la probabilité d’être en mesure de monétiser, ce de diverses manières, augmente. En obtenant, par exemple, un accord basé sur le contenu pour un livre ou un film, (s’il vous plaît, faites qu’il en soit ainsi!) ou en obtenant des commandes, comme la série web The Guild l’a fait avec Microsof.
Si vous essayer, vous ne roulerez peut être pas sur l’or, mais vous pourriez être en mesure de financer les ressources que vous utiliserez pour créer plus de contenu.

Le Merchandising

Ce merchandising qu’on néglige beaucoup. Certains webcomics populaires et des jeux indies utilisent le merchandising comme une source de revenus clés :

  • t-shirts,
  • chapeaux,
  • reproductions artistiques.

Un produit Transmedia pourrait lui aussi aller dans cette voie : Vente de chemise pour une entreprise crée dans le jeu ou une équipe sportive sur le niveau le plus facile. Comme pour les dons, il n’est probablement pas possible de se faire une tonne d’argent … sauf si vous avez une tonne d’audience. Voyez comment nous revenons toujours à cela?
Un autre genre de merchandising consiste à vendre des articles spécifiquement conçus dans un but narratif. Il s’agit d’une ligne délicate, car vous pourriez bien appeler certains de ces jeux des …

Le Pay to Play

Ce modèle de financement a une aura injustement mauvaise. Nous avons pris Majestic comme exemple pour dire qu’un modèle par abonnement ne fonctionne tout simplement pas. Mais nous avons ignoré tous les projets étonnants déjà existants qui gagne de l’argent et dont le pay-to-play est au cœur du financement :

Si vous avez l’intention de faire un ARG classique et que vous n’avez pas déjà un palmarès existant, alors non, le modèle d’abonnement ne fonctionne pas. Dommage. Mais le modèle lui-même est bon, les gens sont prêts à dépenser du cash pour une expérience transmédia.
Les plus gros problèmes avec le pay-to-play sont en fait des problèmes commerciaux plus traditionnels. Faire une histoire convaincante n’est que le début. Après cela vous aurez les problèmes suivants à résoudre :

  • comment produisez-vous ?
  • Comment faites-vous la promotion ?
  • Comment distribuez-vous ?

Perplex City a été en partie un jeu de pay-to-play,  En fait, c’est un hybride avec le modèle de don. La plupart du contenu qu’il y avait était libre, vous pouviez donc suivre l’histoire, peu importe si vous aviez acheté des cartes casse-tête ou pas. Le modèle économique de Perplex City était fondamentalement un succès. Le projet a fait de l’argent ! Et il en aurait fait beaucoup plus, si l’on y était entré avec une meilleure préparation dans les fondamentaux indigestes de l’entreprise comme la fabrication des cartes, l’emballage et la distribution.
Il y a beaucoup de potentiel inexploité ici. Ce n’est probablement pas quelque chose que vous pouvez faire dès la sortie du projet, mais c’est une possibilité réelle à travailler.

Les Subventions

Au lieu d’obtenir une commande ou de monétiser votre audience, vous pouvez postuler à tout les subventions pour les nouveaux médias afin de financer le projet transmédia de vos rêves.
Je ne sais pas grand chose à ce sujet, sauf que c’est théoriquement possible. Cependant, d’après ce que je sais, l’argent obtenu ne vous aidera probablement pas à payer le loyer, vous aurez de la chance s’il couvre toutes les ressources dont vous avez besoin, avec la possibilité que le travail que vous avez fourni ne soit pas rémunéré.
Il y a quand même une raison à l’existence du cliché de “l’artiste affamé”.

Le Crowdfunding

Socks Inc. avec Kickstarter vient de nous prouver  (et comment!) que vous pouvez financer avec succès un projet Transmedia à l’aide du crowdfunding. Il est trop tôt pour savoir quel genre de précédent cela va t il créer.
Toutefois, l’argent recueilli, dans le grand schéma des choses, ne représente pas beaucoup. Pour le moment ils vont dépenser sur ce projet, les ressources utilisées, et le nombre de personnes impliquées … Je ne pense pas qu’avec 7357 $ ils vont aller très loin. Pourtant, c’est une meilleure voie que de payer de votre poche la réalisation de votre portfolio et la construction à partir de rien d’une base de fans.

Et Voici La Conclusion

Si vous êtes débutant dans le Transmedia, votre première étape est probablement de faire des choses et de les mettre en ligne gratuitement. C’est la même chose si vous êtes en train d’attendre un contrat freelance, emploi régulier, ou si vous voulez passer indie. Pour les deux premiers, vous avez besoin d’un porfolio qui montre ce que vous savez faire. Pour le dernier, vous avez besoin de construire une masse critique de fans qui adore votre travail et qui soit près à dépenser leur argent.
Il est possible de construire une base de fans, alors même que vous travaillez comme pigiste ou dans une entreprise … mais c’est en fait beaucoup plus difficile que si vous étiez indépendant, parce que vous allez avoir plus de limites à ce que vous dites au sujet de votre travail. Si vous n’avez pas de chance, vous n’allez même pas obtenir un crédit quelconque, et personne ne saura jamais que ce travail était le vôtre.
Ainsi, pour Chuck Wendig, et pour tous les créateurs Transmédia potentiels ici et là : le Transmedia est un monde vaste et effrayant si vous essayez de passer pro. Il y a de l’argent à faire, bien sûr, mais vous allez avoir à travailler comme un damné pour l’obtenir.
Si cela vous décourage, c’est fait pour; J’espère que vous apprécierez votre carrière en faisant quelque chose qui soit moins risqué si vous avez les compétences nécessaires pour le faire.
Comme pour tout travail créatif, ce n’est pas un chemin que vous devez choisir si vous n’êtes pas absolument sûr il n’y a rien d’autre au monde que vous voulez.
Mais pour ceux d’entre vous qui ont le feu au ventre, vous savez maintenant ce qui vous attend !
Bienvenue, frères et sœurs. Ce n’est pas facile de gagner sa vie de cette façon, mais nous sommes sûrs qu’on va bien s’amuser.