Posté le 14 Fevrier  2011 par Simon Pulman sur transmythology.com et traduit par HerveC


Le trailer ci-dessus est pour Him, Her and Them, qui se veut être le premier film Facebook. Le film est écrit et réalisé par Hal Siegel et produit par Mike Knowlton de MurmurCo (vous pouvez reconnaître les bureaux dans les derniers meetups Transmedia de NY).
Ce projet vise à ajouter une couche sociale à l’expérience de visionnage d’un film, semblable à ce que Zynga a fait avec les jeux. Consultez le site Web du film et la page Facebook.
Il y a peu de chose que je puisse dire sur le fond du film. L’histoire est assez classique pour un drame indépendant à petit budget, au moins jusqu’à la fin

C’est l’histoire d’un jeune homme qui vit dans une ville.
Il a un travail décent et son appartement.
Il est amoureux d’une fille à son bureau, mais il est trop timide pour faire quelque chose.
Il mange beaucoup de plats à emporter. Tout va bien.
Puis un jour, comme il se promène dans la rue, il a a résoudre une énigme …

Le concept d’un film Facebook est fascinant pour moi pour plusieurs raisons. Je vais poser quelques questions clés autour de ce projet, et tenter d’y répondre.

Qu’est-ce qu’un film Facebook ?

Le site Web du film Him, Her and Them explique que les manières dont les films peuvent utiliser les médias sociaux pour

  • le financement (voir, par exemple, Kickstarter.com),
  • la production (talent crowdsourcing),
  • la commercialisation (en utilisant Facebook et Twitter pour diffuser)

ont été assez bien exploré – bien que je dirais qu’aucun d’entre eux ne l’a été à son plein potentiel. Mais, le site Web du film donne à penser que personne n’a tenté d’utiliser Facebook comme une plate-forme de distribution, ce qui est l’objectif du film.

Pourquoi un film Facebook ?

Il me semble qu’il y a deux façons d’aborder la distribution d’un film à travers Facebook :

  • La première consiste à l’utiliser comme un moyen d’atteindre un grand nombre de paires d’yeux. Selon la page Facebook des statistiques, il ya plus de 500 millions d’utilisateurs Facebook, qui passent ensemble plus de 700 milliards de minutes par mois sur le site. Si un cinéaste pourrait obtenir même un petit pourcentage d’utilisateurs qui investiraient une partie de ces minutes pour regarder un film, c’est l’exposition que vous ne pouvez pas obtenir ailleurs. En outre, plus de 70% des utilisateurs de Facebook sont situés à l’extérieur des États-Unis. C’est une aubaine pour les cinéastes qui veulent découvrir d’autres cultures, faire des films dans d’autres langues (ou, en effet, un film multi-langue …), ou chercher du financement de l’étranger.
  • Toutefois, seulement utiliser Facebook comme un écran vidéo serait ignorer une grande partie de son potentiel en tant que dispositif de narration, et c’est quelque chose que Him, Her and Them semble avoir réalisé. Le site Web parle du “graphe social” de Facebook qui fournit la caractéristique la plus importante dans la longue traine de l’ère numérique, une couche de filtrage. Comme le dit le site “le graphe social” présente une couche de filtrage  : vous faites confiance à vos amis, le contenu produit par votre graphe social est organisé, vous avez une réputation qui lui est transmis, vous n’êtes pas anonyme.”

Par ailleurs, Facebook permet à la participation, à la rétroaction et à la collaboration d’être intégré directement dans l’expérience utilisateur. Him, Her and Them en promet une non-linéaire et, c’est peut-être le plus intéressant, une expérience de visualisation adaptée . Donc, mon expérience de visionnement sera différente de la vôtre, de la plupart de mes amis et ma relation au film sera différente. Intéressant, bien que jusqu’à ce que le film soit sorti il est impossible d’évaluer pleinement la manière dont cela va fonctionner.

Comment vont-ils faire de l’argent ?

Cela m’est très peu caractéristique, je sais, mais je dirais que c’est un film qui – à supposer que le tournage a été assez bon marché – ne va pas avoir à faire de l’argent. C’est une preuve de concept et une plate-forme d’exposition pour les talents impliqués. Néanmoins, à long terme un modèle économique sera nécessaire, et Murmurco l’a anticipé. Son site parle du «modèle freemium”.  Franchement, comme je vais en parler ci-dessous, Facebook est un monde de distractions et vouloir faire payer quelque chose dessus serait de la folie, alors je salut entièrement cette initiative. Il y a beaucoup de possibilités pour générer des revenus issues de la publicité et de  l’intégration transparente de marque sur Facebook. Cependant, je suis plus intéressé dans cette petite pépite :

Finalement, nous croyons qu’il existe des possibilités pour gagner de l’argent en donnant aux fans la possibilité de contribuer à l’histoire qu’ils sont en train de regarder.

Je suis certain que les producteurs ne connaissent pas vraiment le fonctionnement de ce dont ils parlent, mais je pense qu’il est fascinant que ce soit à l’ordre du jour dès le début du projet. La co-création est à l’étude par un grand nombre d’entreprises et de projets à l’heure actuelle, y compris pour certains dont je ne peux pas parler, mais qui seront annoncées dans les prochains mois … Stay tuned 🙂

Cela va-t-il marcher ?

C’est le noeud du problème, et c’est en fait deux questions distinctes :

  1. Est-ce que ce projet fonctionnera ?
  2. Est-ce  que concept est viable ?

Je ne peux pas répondre à la première question, parce que je n’ai pas vu le film et qu’il ya tellement de variables impliquées, comme  :

  • la qualité de la réalisation,
  • si elle résonne avec le public,
  • si le temps est venu pour ce projet.

À plus grande échelle cependant, il y a le potentiel pour que le concept fonctionne. J’ai souvent entendu des gens parler de Facebook comme quelque chose de transitoire, d’éphémère et qui finira par disparaître comme Friendster ou Myspace. Je ne suis pas sûr que ce soit le cas. Pour beaucoup de non-early-adopters, c’est devenu un élément clé de leur vie – leur principal canal de communication avec leurs amis et leur famille et une grande partie de la façon dont ils trouvent leur divertissement. Il semble plus probable pour moi que Facebook va devenir une plate-forme universelle – la nouvelle forme de télévision, pour ainsi dire – plutôt que de disparaître.
Toutefois, l’ubiquité de Facebook pose également certains problèmes pour les créateurs, car il ya tellement d’options – et de distractions – sur la plate-forme.
Jade Raymond d’Ubisoft en a parlé au DICE la semaine dernière sur le passage d’une attention soutenue (pensez à aller au cinéma) au multitâche, à un engagement partiel puis à un l’engagement partielle continue. Je pense que cela résume très bien l’expérience Facebook  – le plus souvent les utilisateurs sont :

  • à la recherche d’un profil,
  • en train de  jouer à un jeu,
  • de bavarder avec des amis,
  • tout en regardant la télévision,
  • ou en mangeant,
  • ou en voyageant dans un train ou en avion.

C’est ce qui se passe la plupart de la journée. Ainsi, il semble logique que si un “film Facebook”, comme Him, Her or Them demande trop d’attention aux utilisateurs, ce sera un échec dès qu’une fenêtre de chat ou que la notification Zynga apparaîtra. Facebook serait beaucoup mieux pour nourrir les  utilisateurs par un goutte à goutte de l’histoire sur une plus longue période, les ramenant à quelques minutes à la fois.
J’ai vu des gens jouer à Cityville et c’est vraiment une expérience intéressante. La durée peut être très brève – de deux à cinq minutes – mais elle est incroyablement intense. Coins pop up sur lequels il faut cliquer, il ya des barres d’état en remplissage permanent et des notifications d’amis qui apparaissent sur l’écran. L’utilisateur est fortement stimulée sur une courte période, puis passe à autre chose, pour revenir quelques heures plus tard. C’est totalement différent de l’expérience que l’on peut ressentir en regardant un film traditionnel, mais c’est avec ce genre d’expérience que Him, Her or Them sera en concurrence. Il va être fascinant de voir comment cet espace va évoluer au cours des cinq prochaines années et de voir si, en fin de compte, ce qui reste va ressembler à ce que nous considérons actuellement comme un film.
Pour prolonger l’expérience, quelques liens :
L’article à propos de Him, Her and Them du Web television observer
Le site du film