Posté le  25 Fevrier 2011 par Simon Pulman sur Transmythology traduit par HerveC

Comme avec la majeure partie de l’auditoire, c’est la nuit dernière que j’ai vu Jurassic Park Slope pour la première fois. C’est un projet transmédia produit par Caitlin Burns avec l’aide de tout un tas de gens intelligents. Vous pouvez le regarder sur le Livestream, je vais juste vous donner un résumé très bref et quelques réflexions.
La présentation a commencé avec un podcast vidéo de deux des personnages de l’univers, ce qui, marque la première fois que le meetup Transmedia sert en tant que partie d’une histoire en live. Naturellement, le podcast a été interrompu par un des partenaires légèrement irrité du personnage, ce qui conduit à un différend qui a été poursuivie hors caméra sur twitter (les flux sont @botanyandclyde, @chaosuave et @drdinosaurbones).
Après l ‘«histoire» de la présentation, Caitlin a parlé du projet, du processus de production et des plans du groupe. Il est clair que son expérience en planification d’événements nourrit directement ce qu’elle fait avec ce projet, il a une forte composante live. En fait, le public doit assister à des événements afin d’être immergé dans l’expérience.
Dans ce projet, il y a trois choses qui se démarque vraiment :

  1. La première est que les personnages ont commencé à correspondre sur Twitter avant le spectacle, et que leurs  plaisanteries “virtuelles” sont directement introduit dans leur dynamique sur scène. Je pense qu’il s’agit d’une observation absolument essentiel pour les projets de Transmedia – de tous les budgets – qui souhaitent utiliser les réseaux sociaux. Dans le scénario de studio classique, les blogs et les tweets de personnage tendent à être écrit par quelqu’un de l’extérieur de l’équipe créative initiale qui n’a jamais rencontré l’acteur jouant son «personnage». Pour qu’un projet Transmedia réalise son plein potentiel, l’écrivain et l’acteur doit être sur la même longueur d’onde de sorte que seule une plate-forme peut informer l’autre (y compris la performance de l’acteur). Dans certains cas – je crois – cela signifie que l’acteur lui-même sera celui qui Twitte (en particulier sur les projets indies ).
  2. Le deuxième point porte sur le genre et le ton. Jurassic Park Slope ne se prend pas trop au sérieux et je pense que, compte tenu de son objectif déclaré, c’est un geste très intelligent. Ainsi, de nombreux projets Transmedia s’articulent autour de soit :
    • (a) un complot,
    • (b) un scénario post-apocalyptique. Ce qui fait que couplé avec une esthétique à petit budget, cela tend à rendre le tout assez ridicule. Je n’hésite pas à dire qu’il y a eu des moments avec ces projets Web, où un moment sensé être  dramatique m’a fait rire aux éclats. Jurassic Park Slope contourne ce problème avec son ton volontairement comique, ce qui lui permet d’expérimenter, sans craindre le jugement. C’est un plan très intelligent, alors bravo au groupe,
  3. La dernière observation clés provient d’une question (l’une des nombreuses) posée par l’auteur Transmedia Jeffrey Simons. Il a demandé à Caitlin comment elle se sentirait si quelqu’un, ailleurs dans le pays – ou dans le monde – commençait  à produire de nouveaux contenus dans le storyworld de Jurassic Park Slope. Serait-elle perturbée ?Au contraire, elle a dit que ce serait le meilleur résultat possible pour le projet.

Je pense que c’est incroyablement excitant, et présente également un fort potentiel commercial. les équipes de PR and marketing sont toujours en train d’essayer d’inciter les consommateurs à évangéliser pour une marque par le biais de réseaux sociaux (voir, l’exemple). Imaginez un projet Transmedia où une marque est ancrée dans l’histoire que des milliers d’utilisateurs construisent – et embrassent la marque – avec leur propre contenu. C’est intéressant, si c’est bien fait.
Je tiens aussi à dire quelques mots au sujet de la Meetup elle-même. Je termine en disant cela à chaque fois, mais Mike et Aina méritent un énorme remerciement et de la reconnaissance pour le travail qu’ils font avec le groupe Meetup NYC. La décision de passer d’un bar auquel se mêle des présentations à un format structuré a été un excellent choix. L’enthousiasme engendré est évident d’après le nombre croissant de participants, lLa nuit dernière, ils ont fait le plein. Je suis certain que le groupe mènera directement à de nouvelles création. En outre, il semble que les gens commencent à venir avec des amis, c’est donc favorable au Transmedia d’aller au delà du groupe de base twitter.
Plus important encore, Mike et Aina devrait être applaudi pour la manière dont ils ont utilisés le streaming lors de ce meetup en permettant aux “streameurs” de poser des questions et d’interagir. En outre, il ne serait pas possible d’argumenter à propos du travail de Caitlin  sans une écoute live. Donc merci les gars.
J’ai finalement une dernière réflexion. Seuls les imbéciles font des prédictions, donc je vais être un imbécile et faire une prédiction : le premier vrai hit transmédia basé sur le Web sera une comédie romantique. Et je vais explorer cette idée dans un autre post.