Posté le 7 September , 2010 par Simon Pulman sur transmythology.com et traduit par HerveC


Les concepts de brand evangelism font partie intégrante de l’expansion de l’univers d’une histoire Transmedia. Des superfans passionnés maintiennent des communautés de fans en ligne et organisent des rassemblements dans le monde réel. Ils font la promotion de la marque et gardent en vie l’Univers pendant les périodes de jachère ( par exemple : Star Trek avec son écart de treize ans entre ses séries animées et The Next Generation). Mais le plus intéressant est que ces Superfans cherchent aussi à élargir la portée de l’Univers  en créant des histoires originales qui utilisent les personnages et les décors qu’ils chérissent.
Les fanfictions, comme on dit, ont toujours existé depuis des décennies, mais elles ont véritablement explosé depuis l’avènement d’Internet. Le site d’archive fanfiction.net présente des histoires générées par des fans pour des centaines d’IPs (propriétés intellectuelles), y compris les teen drama The OC (plus de 6.400 entrées), le sitcom How I Met Your Mother (622 entrées) et le “dramedy” surnaturel  Buffy contre les vampires ( 39.774 entrées au moment de la rédaction !). Certaines de ces histoires sont brèves, ne couvrant que quelques pages. D’autres sont plus longues que la plupart des romans publiés (comme ce tome de Supernatural, pesant plus de 400.000 mots !). Il y a aussi des œuvres d’art générées par des fans, et des courts métrages et webisodes créés par des fans.

Bénéfices potentiels du contenu généré par des fans

Les avantages du contenu généré par les fans sont nombreux.

  1. Tout d’abord, le processus de création renforce le lien entre le créateur et la marque. Les créateurs doivent investir leur temps et de l’émotion dans leur travail, et ainsi l’investissement est directement injecté dans leur passion pour la marque. Nous parlons souvent de Transmedia permettant aux fans de personnaliser et d’internaliser le monde-histoire qu’ils aiment. À certains égards, le contenu généré par les fans en est l’expression ultime.
  2. Deuxièmement, le contenu généré parles fans peut aider à dynamiser une marque – et même à la garder vivante. Les émissions de télévision, telles que Supernatural, Lost et Dexter, souffrent d’une longue pause au cours des mois d’été. Les fans n’ont rien d’autre que les rediffusions pour les dépanner ( Lost a tenté d’atténuer ce problème par des épisodes rediffusés mais avec de nouvelles “capsules d’information”en surimpression). Les fanfiction fournissent un flux continu de contenu pendant ces temps de jachère. Il y  a encore des «épisodes» de fans de Freaks and Geeks en cours d’écriture, et cette émission a été annulée il y a une décennie …
  3. Troisièmement, les fans connaissent souvent les personnages, l’univers et la marque aussi bien que les écrivains (voire mieux dans certains cas …). Ils peuvent saisir les petits détails des personnages et des scénarios qui semblait superficiels dans certains épisodes,  livres ou films et les amener à la vie d’une manière qui complète les travaux officiels. De même, ils peuvent explorer les relations entre les personnages de manière à leur donner vie et ainsi exciter d’autres fans.
  4. Quatrièmement, le contenu généré par les fans peut s’occuper de  plates-formes de médias “oubliées” ce que les grandes entreprises pourraient envisager soit d’un coût prohibitif, soit sans conséquence. J’imagine qu’il y a des opportunités intéressantes dans le domaine des événements en direct – une flashmob à thème, une pièce de théâtre d’une histoire originale se déroulant dans l’univers et vue en direct , ou une exposition d’art interactif. Ces sortes de projets créatifs ne voient jamais le jour que grâce aux efforts d’un fan persistant et ingénieux, principalement parce qu’ils sont beaucoup plus intime que la plupart des campagnes ou des communiqués des grandes sociétés .

Enfin, et voici la raison la plus excitante, de mon point de vue – la fanfiction permet de nouvelles perspectives sur l’Histoire. Comme je l’ai mentionné précédemment, La culture populaire a tendance à être dominé par un point de vue américano-centré. Plus précisément encore, la plupart des spectacles de télévision et les films sont écrits par des personnes résidant en Californie du Sud. Aussi imaginatif que ces créations peuvent-être, la logique veut que leur environnement homogène étouffe quelque peu leur travail. Comme les marques Transmedia deviennent de plus en plus internationales, il sera fascinant de voir comment les fans internationaux considèrent l’Histoire et créent de nouvelles histoires dans l’univers qui seront bâties à l’aide de leurs expériences personnelles.
Comment l’histoire de Twilight se jouera en Inde ? Comment un fan brésilien voit-il Avatar ?

Les pièges du contenu généré par les fans

Pourtant, si le contenu généré par les fans crée des possibilités intéressantes, il comporte aussi certains dangers.

  1. Le premier d’entre eux est le risque de dilution de la marque causé par des matériaux-histoires de qualité inférieure. Dans le scénario original où l’ensemble du contenu a le même poids, une grande partie de ce matériel ne sera pas à la hauteur des normes établies par la marque. Sur le plan technique, il ne sera tout simplement pas à la hauteur des produits officiels. Le danger est que le consommateur frustré,  ne formera pas seulement une association négative avec ce morceau de contenu, mais il risquera également d’étendre son opinion à l’ensemble de l’IP (peut-être inconsciemment).
  2. Deuxièmement, il y a la possibilité qu’un contenu -qui n’est pas techniquement aux normes – crée une version bâtarde de l’histoire-Univers. D’une part, cela pourrait signifier tout simplement ignorer les règles physiques et émotionnels du monde. d’autre part, sans doute plus sinistre, il pourrait s’agir d’histoires qui ont délibérément choisit de subvertir les personnages et les décors de façons inappropriées. Beaucoup de propriétés “ratisse large”. Si un fan avide de news lit par inadvertance un morceau de fanfiction avec des thèmes sombres, ou à la violence est inhabituelle ou qui possède un contenu sexuel, cela pourrait sérieusement ternir son association avec la marque.
  3. Enfin, il y a la loi. Les visionnaires creatifs et les sociétés ont tendance à protéger farouchement leur propriété intellectuelle. La plupart des fanfictions violent les lois du droit d’auteur stricto-sensus, et ainsi de nombreuses fanfictions pourraient être arrêtées, stoppées – soit pour des raisons financières, ou parce que le créateur originel est d’avis qu’elles pourraient interférer avec sa vision globale de l’Univers. Les créateurs peuvent également être réticent à lire le contenu généré par les fans, en craignant que des fans puissent intenter des poursuites au motif que leurs idées ont été volés.

Conclusions

Quelle est la meilleure façon de lutter contre les contenus générés par les fans ?
La réponse à cette question doit être abordée au cas par cas. Cependant, je voudrais généralement mettre en garde contre la fermeture de sites de fanfiction ou les poursuites de créateurs de fanfiction pour violation de copyright. Les fanfiction sont généralement créés par vos plus grands fans, pour vos plus grand fans, et en conséquence il serait insensé d’aliéner de tels superfans.
Jeff Gomez de Starlight Runner Entertainment donne à penser que le scénario inverse pourrait bien se  jouer dans l’avenir. Au lieu de tenter d’éliminer le contenu généré par les fans, les propriétaires d’IP auraient plutôt tendance d’offrir aux plus populaires et aux mieux conçus, d’entrer dans le canon officiel. Je souscris à cette idée, en principe, – ce serait le signe ultime pour la base de fans que le pouvoir qu’ils ont, est écouté et respecté. Cela instillera également un élan de reconnaissance envers la marque pour les créateurs de fanfiction qui seront choisis ainsi qu’un puissant moteur pour les autres.
Cependant, il y a quelques questions à se poser :

  • La première est juridique – les propositions devraient être officiellement présentées, et le créateur de fanfiction aura à signer un contrat (probablement électronique) où il cède tous ses droits avec une compensation financière. Si le contenu généré par le fan prend son envol, le créateur pourrait être mis en avant et recevoir un cadeau (par exemple un dîner avec le créatif visionnaire) afin qu’il ne se sente injustement lésé.
  • Le deuxième problème réside dans la création d’un système de filtrage efficace. Les propositions possibles destinées à être intégrés dans le canon officiel devraient être lu par un groupe de pairs d’abord (peut-être avec un système de vote Netflix-style), avant d’être lu par le créatif visionnaire  et légalement autorisé. La mise en œuvre d’un tel système sur une base permanente pourrait être coûteux en temps et, il est donc probable que les propriétaires de l’IP procèdent à une analyse coûts-avantages avant de lancer le projet. Néanmoins, il est possible que la première marque à tenter une telle entreprise dans ce qui serait plus d’une expérimentation pourraient obtenir beaucoup d’articles positifs dans la presse.

N.B. L’idée initiale de cet article a été suggéré par une présentation essentiels Jeff Gomez sur le Transmedia. Je vous recommande aussi fortement Chris Anderson, The Long Tail pour les réflexions sur les mécanismes de filtrage.