Posté le 28 Decembre, 2010 par Simon Pulman sur transmythology.com et traduit par HerveC

Il s’est passé un peu moins de six mois depuis que j’ai eu la chance d’entendre la  présentation de Jeff Gomez Creating Blockbuster Worlds, qui a inspiré la création de Transmythology.com. A ce moment, j’ai été en mesure de m’engager et d’apprendre de certains créateurs Transmedia extrêmement brillant et visionnaire et de commenter certains développements intéressants dans le secteur. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que nous sommes assis sur le sommet de l’iceberg et que les années à venir nous permettront de découvrir beaucoup de projets innovants.

Je ne m’attends pas que 2011 soit l’année du Transmedia, au moins du point de vue consommateur final . Je prévoie cependant que ce sera une année de Transmedia épiphanie pour les créateurs, sociétés de production, les financiers et les distributeurs qui vont commencer à réaliser et adopter pleinement le potentiel de Transmedia. Nous allons voir certains projets – grands et petits – qui arriveront sur le marché dans la seconde moitié de l’année, mais ils seront peu nombreux par rapport au très grand nombre qui sera mis en développement et en production pour faire leurs débuts en 2012 et 2013. En bref, l’an prochain marquera le premier pas vers un développement et une mise en œuvre Transmedia qui  deviendra la norme, plutôt qu’une exception.

Dans cet esprit, voici quelques-uns des «prédictions» de l’année – un mélange de suppositions éclairées et la spéculation sur les types de projets que nous pourrons (peut être) voir.

Hollywood

Hollywood va naturellement poursuivre sa quête incessante de franchise, d’une synergie multi plates-formes et d’octroi de licences. Les Films continueront à se lancer aux côtés contenus interactifs et web et , dans de nombreux cas, avec des jeux vidéo et des novélisations. La grande question avec Hollywood est de savoir s’il va y avoir une fracture va ouvrir entre

  • les propriétés qui sont franchisés après coup avec du contenu supplémentaire voire des doublons qui sont en contradiction avec le film,
  • de vraies propriétés Transmedia qui sont construites à partir de zéro avec des récits complémentaires dans l’esprit de l’IP.

Il existe une liste de dizaines d’IPs pour 2011 avec un grand potentiel pour le développement Transmedia, de Mission Impossible IV  à Super 8 en passant par The Muppets. Cela dit, je voudrais discuter des possibilités de développement de deux projets spécifiques, en mettant en évidence leur potentiel de points de vue totalement différents.

Le premier est l’adaptation de Max Brooks World War Z,, qui ne sera probablement pas sur les écrans avant 2013. Si vous n’avez pas lu le livre – et en particulier si vous avez apprécié le show TV d’AMC The Walking Dead – Je le recommande fortement. Il prend la forme d’une série de mémoires qui se chevauchent et les informations sur l’éclosion d’un prototype épidémique de zombies . Ces manières de voir contrastées donne de la texture au récit, que nous lisions le point de vue des journalistes, des soldats et des civils, mais ils font aussi qu’adapter l’histoire à l’écran sera extrêmement délicat. Le film est produit par Apparatus Productions, la boite de Brad Pitt, il est donc probable que l’accent sera mit sur un récit central avec Brad Pitt. Il y a, cependant, un grand potentiel pour enrichir le monde de l’histoire sur d’autres plateformes en élargissant sur des histoires de personnages secondaires qui font éphémère sur la driving platform, le livre.

Il y a deux autres raisons pour lesquelles je pense que World War Z pourrait être un projet novateur. La première est qu’il s’agit d’une histoire par nature globale, il y a donc un énorme potentiel à tirer des segments d’histoire qui ont lieu en Chine, l’Inde, l’Espagne, le Japon ou l’Australie et de les diffuser par l’intermédiaire du web, ou d’un appareil mobile. Ce serait la possibilité

  • d’élargir l’attrait de l’histoire pour un public international,
  • la richesse de l’histoire pour tout le monde.

La deuxième raison pour laquelle j’aime World War Z, c’est que je pense que Paramount a la possibilité d’être très innovant en ce qui concerne la question de la fanfiction et de la co-création. Les Fans pourraient être encouragés à créer leurs propres récits fixés dans le monde de l’histoire qui se fondent sur les éléments fondamentaux et d’élargir ainsi sa mythologie. Le meilleur des cas pourrait être incorporé dans le canon, a publié sur Youtube ou sur Xbox Live, et même référencé dans une suite ultérieure. C’est une opportunité fantastique.

La seconde IP qui m’intéresse, c’est le projet de Garry Marshall :  New Year’s Eve, qui cherche à reproduire la formule utilisée dans son Hit précédent Valentine’s Day . C’est un drôle de choix, voire un choix bizarre, je sais, alors permettez-moi de me justifier. Pour moi, un film comme  New Year’s Eve présente une excellente occasion d’étendre la perception du Transmedia. Pour passer de l’association Transmédia-film de genre à des projets destinés au grand public, ou bien des projets visant plus spécifiquement les femmes. L’idée étant que nous allons voir des comédies Transmedias romantiques, des soaps, etc

New Year’s Eve, comme Valentine’s Day et Love Actually, est un film kitchen sink – Il y a beaucoup de personnages différents et les intrigues ne se chevauchent que faiblement. Ces films sont extrêmement avantageux du point de vue de la planification et de la commercialisation – une grande star peut venir etréaliser sa part de l’histoire en quelques jours. En plus, de nombreux acteurs identifiables (bankables !) peuvent être mis sur l’affiche du film. La diversité du casting de Valentine’s Day‘s – de Taylor Lautner à Queen Latifah et de Ashton Kutcher à Julia Roberts – lui a donné la possibilité d’être exposé à une énorme portion de la population cinéphile. L’inconvénient, bien sûr, est que les personnages ont tendance à être plat et peu développé car il n’y a pas beaucoup de temps pour développer chaque brin de l’intrigue.

Je serais ravi de voir New Year’s Eve utiliser Transmedia pour s’étendre sur les backstories et les personnalités de ses personnages – pour essentiellement préparer le public à l’histoire avant la sortie du film. Je pense aussi il y a de grandes opportunités pour  des jeux sociaux de type Zynga en lien avec le film (imaginez-vous en train de jouer au même jeu que le personnage en même temps !! ), ainsi que la co-création de fan (les fans pourraient soumettre leurs propres histoires du Nouvel An dans le cadre de la communauté en ligne du film).

Enfin, il sera intéressant d’observer l’attitude de Disney à l’égard de Tron et de sa série spinoff de dessin animé . Legacy devrait finalement être rentable dans le monde entier, mais ses performances au box-office n’ont pas atteint des hauteurs comme celles d’Avatar. La logique conventionnelle suggère que Disney ne continuera pas à développer d’autres parties de l’IP  . Toutefois, les produits sous licence Tron  peuvent s’avérer extrêmement rentables, par exemple le dessin animé a le potentiel pour créer un public entièrement nouveau, un public de base pour la mythologie – cela s’apparente à la façon dont The Clone Wars a amené un nouveau public de jeunes à Star Wars. Nous verrons bien.

Films indépendants

De l’autre côté de la médaille, nous allons voir plusieurs films indépendants employant des stratégies Transmedia sophistiquées  cette année – surtout dans la sphère du peu ou pas de budget, mais peut-être aussi par une « mini major « .

Pandemic de Lance Weiler et de Chuck Wendig est à Sundance. Il marque non seulement l’occasion d’exposer le Transmedia à la foule du cinéma d’art et d’essai, mais aussi d’utiliser un festival comme un événement de l’histoire en direct. C’est le signe d’un changement possible de la fonction traditionnelle d’un festival comme d’une plateforme pour vendre des films à des distributeurs pour un nouveau paradigme où le festival devient une partie intégrante de l’expérience narrative.

Télévision

La Télévision va de plus en plus devenir un terrain d’essai pour des projets Transmedias de grande qualité. Un nombre croissant de shows – tout, des fictions au soap opera – intégrera de nouveaux éléments multimédias à partir de zéro pour améliorer l’univers de l’histoire. Alors que les réseaux câblés des Etats-Unis vont annoncer des projets multi-plate-forme à l’automne (y compris, peut-être, une deuxième saison pour Valemont de MTV), l’essentiel de l’innovation peut venir de chaines plus petites, plus agiles, des réseaux étrangers. Le Canada ouvrira la voie, grâce à une disposition exigeant que les spectacles doivent comporter un élément multi-plate-forme pour être admissibles à la subvention. En outre, on peut s’attendre à des annonces provenant des network et des sociétés de production de pays comme la France ou le Brésil. Au Royaume-Uni, la BBC va affiner les éléments multi-plate-forme de Sherlock pour la deuxième saison de cet automne – et peut étendre les principes à plusieurs autres de ses programmes phares.

Il sera intéressant d’examiner dans quelle mesure l’innovation vient de spectacles destinés à un public plus jeune – le principe étant que les enfants sont désormais en mode natif habitué à sauter entre les plates-formes (une étude récente suggère que 31% des enfants 6-12 ont exprimé le désir d’un iPad). Les créateurs Transmedia devraient garder un œil sur ce secteur, en vue d’adapter les meilleures idées pour le marché des adultes.

Je m’attends à ce que la télévision soit un des principaux moteurs du progrès du Transmedia, dans la mesure où les blogs comme celui-ci – sans parler des gars de Transmedia Talk – auront beaucoup à discuter et à déconstruire. Nous pouvons également voir la télévision commencer à s’attaquer aux problèmes sociaux dans l’orchestration d’une mode multi-plateforme. En outre, nous pourrons également voir des paradigmes définir les utilisations du placement de produit intégrées pour étendre les marques à travers des histoires qui surfent sur de multiples plates-formes.

Jeux vidéos

Jeux vidéo continueront d’être utilisés pour lancer des univers multi-plateforme et les franchises. Comme Hollywood, nous verrons de bonnes et de mauvaises implémentations. D’une part, le film Uncharted menace d’être en contradiction avec les règles et les personnages que le jeu a déjà établi, ce qui provoque un schisme entre le film et la série de jeux à venir. D’autre part, le jeu de THQ Red Faction et Homefront promet d’entremêler le jeu de base avec des romans et des téléfilms.

2011 verra la sortie de programmes des franchises de Gears of War et de Mass Effect qui devrait donner des histoires supplémentaires et, éventuellement, l’annonce de films d’accompagnement. Nous pourrons également vous faire une idée de l’endroit où la franchise Halo se dirige après le départ de Bungie développeur original vers de nouveaux pâturages.

Le grand défi des jeux vidéo (à la fois des IPs qui proviennent des jeux, et des histoires qui complètent les plus grosses franchises) est la qualité du gameplay. Le jeu Tron: Evolution a été largement félicité pour la manière dont il entremêle histoire avec celle du film, mais la plupart des études ont montré que la mécanique sous-jacente du jeu est estimé insatisfaisante et bâclée. La réalisation est un problème critique avec le Transmedia mais elle est doublement importante pour le marché du jeu vidéo qui est bondé. Cela dit, nous finirons par voir un jeu qui est à la fois un titre AAA à part entière et un morceau  convaincant d’une grande histoire (avec beaucoup d’éléments que le lecteur repère pour enquêter sur d’autres plateformes).

Bien sûr, les jeux vidéo continuent de mettre la barre haut en ce qui concerne la participation des joueurs et la co-création. Les éditeurs peuvent suivre l’exemple de Valve pour ce qui est des nombreux  moddings et la création à travers la participation aux bénéfices, et plus de jeux va tenter de reproduire le mode cinéma de Halo – permettant aux joueurs de créer et de partager leurs propres histoires de jeu.

Éditions

En plus d’une surabondance de ebooks iPad, nous verrons plus d’expériences livre Transmedia-style dans la veine de The 39 Clues – visant essentiellement à une population plus jeune. Le modèle de l’industrie de l’édition est peu susceptible de changer, il continuera en des droits d’option individuel, plutôt que d’élaborer une stratégie Transmedia interne.

Le point de vue du créateur

Comme un vaste thème, je pense que nous allons commencer à ce qu’il soit davantage mit l’accent sur les producteurs Transmedia et leurs projets indépendants. Comme mentionné précédemment, Le Pandemic de Lance Weiler devrait recueillir l’attention de la presse, alors nous regarderons avec attention ce qu’il se passe du coté de l’envol du studio Mirada de Guillermo Del Toro. Jeff Gomez et Starlight Runner peuvent dévoiler une nouvelle IP originale et accompagner l’implémentation du Transmedia à un certain moment dans l’année. Je ne m’attends pas à ce que les grands studios créent des sections Transmedia en 2011, mais on peut voir certaines sociétés de production progressistes et, éventuellement, des organismes qui commencent à employer des professionnels dévoués au Transmedia.

Dans l’ensemble, 2011 se révélera être le bon moment pour être un créateur Transmedia, avec l’appui financier et autres investissements qui arriveront plus tard. Ceux qui trouveront des fonds, cependant, porteront le lourd fardeau de la responsabilité de repousser les limites de la création et de l’ouverture de l’esprit du public.