Posté le 24 Novembre  2010 par Simon Pulman sur transmythology.com et traduit par HerveC


D’après ce que je peux savoir il y a un intérêt croissant dans le Transmedia sein de la communauté du cinéma indépendant. Dans cet esprit, voici quelques idées sur le Transmedia dans la gamme budget de “moins d’1 million de dollars”
Utilisez le Transmedia pour donner vie à votre monde
Je pense que c’était à TEDx à Genève que Dan Hon (mais aussi a PICNIC) a proposé le film de Jean-Pierre Jeunet Amélie Poulain comme un film qui aurait été idéal pour l’expérimentation du Transmedia. Ce que j’aime dans Amélie, c’est que le narrateur saisit l’occasion pour nous raconter des détails très précis et vivants à propos des personnages ce qui va vraiment faire vivre l’histoire.  Y Tu Tambien Maman d’Alfonso Cuarón fait quelque chose de similaire, y compris non seulement dans les détails précis sur les personnages de backstories, mais aussi avec des allusions soigneusement choisis au climat politique mexicain qui sert d’écrin.
Dans ces deux cas, la narration a été une partie soigneusement choisis du ton général du film et de l’esthétique. Cependant, je pense qu’une grande partie des projets indépendants pourraient bénéficier de la possibilité d’enrichir leur story worlds  – sans pour autant empiéter sur la forme de la conduite de récit au même degré. C’est là que le Transmedia constitue une énorme opportunité.
Au niveau des indépendants, simplement faire tous vos shots dans les temps et le budget peut être un énorme défi. En racontant les parties de votre histoire à travers d’autres plateformes, vous pouvez enrichir votre monde sans créer des maux de tête supplémentaires à la production . Le plus malin des cinéastes indépendants devrait concevoir des façons de mettre le public dans l’histoire avant même qu’il est vu le film – les prédisposant à être en prise avec le récit. Imaginez l’avantage concurrentiel à un festival (ou même sur Netflix) si votre auditoire est déjà dans votre monde avant le visionnement du film
Préparez votre histoire contre les grands événements
Je soupçonne que la plupart des plus intéressants utilisations indie du Transmedia situeront un petit conte, basé sur un personnage contre un événement culturel beaucoup plus gros . Cela pourrait être n’importe quoi, d’une élection générale à une invasion extra-terrestre, mais permettez-moi de citer un exemple :
C’est un drame familial qui se passe dans un mariage de la petite classe moyenne – tout se déroulera le même jour, comme un mariage royal. L’histoire principale est exactement ce que à quoi vous vous attendez – secrets, mensonges, cœur brisé, et  finalement, rédemption pour tous. Mais le grand événement médiatique du “plus grand mariage” fournit un sous-entendu pour toute la manifestation. Vous pouvez créer des sites Web fictionnels, des émissions de radio, des articles de journaux, des bulletins de nouvelles et les albums photo de ce mariage royal  de fiction, dont certaines apparaissent brièvement dans le film, mais qui doivent être disponible pour la consommation par le public à travers d’autres plateformes. Rien de tout cela n’empiète sur le récit central, mais cela en augmente la richesse.
Rendre le public-privé
Si vous voulez repousser les limites, vous pourriez envisager de suivre les traces du pionnier du Transmedia : Alison Norrington en déplaçant certaines interactions privées des personnages vers le Transmedia. Dans son nouveau roman, Alison fait référence à des conversations que les personnages engagent dans Skype. Le lecteur peut ensuite aller en ligne et regarder ces conversations. Le résultat est une dramatique et une spécificité de l’histoire accrue.
Les demandes du film doivent être clair – vous pouvez permettre à votre auditoire un accès à des messages textuels, des messages instantanés, des messages twitter ou des conversations vidéo qui ont lieu au cours du récit principal. Il y a quelques défis évidents ici. Le premier est la difficulté d’intégrer ces éléments sans s’aliéner ceux qui n’ont pas accès à ces composants supplémentaires de l’histoire. La seconde est de savoir comment tisser les éléments de façon transparente dans l’expérience cinématographique. Cela est plus naturel pour un roman – les conversations peuvent avoir lieu “entre les chapitres” et le lecteur peut poser le livre pour regarder ou lire. Un film est plus délicat. Une solution serait de le diviser en «épisodes» (ce qui exclut l’exploitation en salle). Une autre solution serait d’utiliser un “deuxième écran” – une vidéo ou une application qui permet se synchroniser au film, tout comme l’application ABC My Generation. Si vous pouvez travailler sur la technologie pour le faire efficacement, il n’est pas impossible de le licencier à d’autres cinéastes.
Suivre le Caméo Mystérieux
Parfois, vous pourriez écrire un scénario qui suggère naturellement un monde plus vaste – c’est le principe qui est au cœur du Transmedia. Un tel scénario pourrait inclure un personnage qui est absolument fascinant, mais un peu sans conséquence pour la colonne vertébrale du récit de base. C’est là que le  Transmedia entre en jeu – vous pouvez introduire le personnage de manière fugace mais mémorable et puis développez son histoire sur d’autres plateformes. Cela peut-être un autre court métrage autour de lui, une présence virtuelle pour le personnage en ligne (Youtube, etc blog) ou un roman graphique.
Autres sources de revenus
La monétisation d’un film indépendant – en particulier celui qui est auto-distribué – est extrêmement difficile. le Transmedia fournit des solutions intéressantes à ce dilemme. En plus de vendre votre fil d’histoire supplémentaire (qui ne décollera probablement pas à moins d’avoir une base de fans enragés), vous pouvez essayer d’amener l’histoire à la vie grâce au commerce. L’exemple classique est un album de bande sonore, présentée comme l’œuvre dans la vie réelle sde l’un des personnages dans le film (voir, par exemple, Once. Si un personnage de votre film écrit un roman, et que vous êtes très ambitieux, vous pourriez auto publier ce roman. S’il est une personne morale fictive ou une marque dans votre histoire, vous pourriez vendre des marchandises sur la base de l’entité fictive. La clé ici est que toutes ces options doivent rester authentique au story world. Si vous voulez vendre des choses à partir de votre histoire, vous devez concevoir votre histoire pour les intégrer et ce à partir du début du développement ce qui est sensé.