Posté le 26 Novembre , 2010 par Simon Pulman sur transmythology.com et traduit par HerveC


Dans l’école de droit, j’ai eu le grand bonheur de prendre quelques cours avec Steven Hetcher, l’un des plus grands spécialistes américains dans le domaine du droit d’auteur. Le Professeur Hetcher permit à ma classe d’aborder des théories juridiques et des textes que j’ai trouvé très pertinents pour le domaine en développement du Transmedia. Depuis mon diplôme, il a continué ses recherches, en se concentrant sur un problème souvent discuté -l’User Generated Content et la (le ?) fan fiction
Dans cet esprit, je tiens à souligner un article que le professeur Hetcher a publié dans la revue de loi de l’Université of Pennsylvania, intitulée «Utilisation de normes sociales visant à réglementer les  Fan Fiction et la Remix Culture.” Elle s’appuie sur les principes présentés dans Henry Jenkins «Convergence Culture, et est une lecture intéressante pour tous ceux qui ont eu leur imagination excitée par la suggestion de Jeff Gomez de “contenu fan canonisé.”
Vous pouvez trouver un lien direct vers l’article sur le site Penn Law Review ici. Par peur de trop simplifier ou déformer l’argument principal du professeur Hetcher, je ne vais pas le résumer ici. Je vais plutôt énumérer quelques-uns des domaines que couvre l’article:

  • L’émergence et la croissance rapide de la fan fiction et du remixes – qui utilisent des extraits de documents existants pour créer de nouveaux travaux artistiques,
  • L’effet des normes sociales sur les communautés fan fiction – y compris la norme qui dissuade les créateurs individuels de fan fiction de tenter de rentabiliser leur travail, et la norme qui dissuade les entreprises de demander réparation auprès des créateurs de fans,
  • La distinction entre les attitudes envers le partage de fichiers numériques (Napster, Grokster), et vers les œuvres dérivées de fans tels que les fans fictions,
  • Les éléments du test pour savoir si l’utilisation d’œuvres protégées est “fair use” en vertu de la loi (je suggère que la plupart des créateurs doivent avoir au moins une compréhension de base de ce test – Hetcher conclut que la plupart des fans de fiction constitue probablement du fair use ), (note de la traduction, le fair use n’existe pas en France)
  • Les facteurs économiques qui peuvent intimider les créateurs fan fiction à propos des litiges, même si leur travail constitue sans doute du fair use,
  • La possibilité que le statut du droit d’auteur pourrait être modifié pour «mieux appuyer fan fiction et remix”

Malgré le fiat qu’il devient un peu complexe à certains endroits, vous ne devriez pas être dissuadés de naviger à travers l’article. Rien que la discussion à propos du fair use est utile, puisque la plupart des non-avocats ne comprennent pas que le critère de fair use n’est pas une règle claire, mais plutôt un ensemble de quatre facteurs qui se sont équilibrés les uns contre les autres pour parvenir à une conclusion.
Professeur Hetcher établit une distinction entre fan fiction “dans laquelle le créateur a les idées des personnages et fait tout le travail d’écriture de la nouvelle histoire de son propre chef», et un scénario hypothétique où il est possible de «faire des remixes de longue durée de longs métrages nouvellement libérés. “De toute évidence, ce dernier est plus susceptible de nuire à la viabilité commerciale de l’œuvre originale. Maintenant, il est probable que les créateurs progressistes continueront à donner leur travail pour que les fans de puissent remixer et recouper les films. Toutefois, dans le domaine de la franchise Transmedia nous sommes en grande partie pour encourager le travail des fans qui complète l’histoire principale au lieu de la supplanter ou de la remixer. En tout état de cause, l’article Hetcher fournit de solides bases dans la complexité des questions juridiques liées à la co-création et de contenu généré par les utilisateurs.
Je conclurai en admettant que certaines parties de cette discussion juridique se révélent sans objet. Comme l’article du professeur Hetcher l’implique, les studios et autres personnes morales ont largement compris que poursuivre les fans-créateurs est contraire à l’intuition et, finalement, mauvais pour les affaires. Ma compréhension est que – indépendamment de ce que dit la loi – de grands progrès sont accomplis en vue de créer une situation où les fans-créateurs sont plus fortement embrassés et légitimés par les propriétaires de la propriété intellectuelle. Comme le dit Jeff Gomez, nous allons bientôt vivre dans un monde où la meilleure fan fiction est liée à l’histoire principale existante.
Note: Si l’idée de contenu créés par les fans vous excite, consultez le site de Scott Walker Runes of Gallidon – un monde de fantaisie sandbox est entièrement créé par les fans.