Posté le 12 Decembre, 2010 par Simon Pulman sur transmythology.com et traduit par HerveC

Il a été montré un intérêt considérable sur Internet au sujet du nouveau « studio Transmedia » Mirada de Guillermo Del Toro. Cela dit, on sait très peu de chose sur ce qui se fera là-bas, et comment cela va s’intégrer avec les différentes définitions de ce que nous considérons être du Transmedia …

D’après ce que je comprends de l’article de Variety.com sur le sujet, Mirada c’est en fait :

  • des installations de développement sophistiqué et interdisciplinaires,
  • des installations de pré-production,

en mettant l’accent sur la création une sorte de concepts résilient et entièrement réalisé sur place qui résisteront à la mise en œuvre Transmedia .

Depuis que le rôle d’un producteur Transmedia est d’agir en tant que traducteur et de facilitateur entre les divers volets de la production – et non pas nécessairement pour superviser tous les éléments de la production en interne – une installation telle que Mirada est un luxe plutôt qu’une nécessité. Mais il m’a fait penser à ce que je voudrais voir dans mon « installation Transmedia de rêve » – un espace qui serait tout aussi adapté à la prise de contacts que de bosser en indépendant et de développer des projets Transmedia indépendants de A à Z.

State of the Art, la salle de conférence

This might seem a dour way to begin planning a facility, but I believe that this would be the most important room in the building.  As stated previously, a Transmedia Producer must be able to communicate clearly and specifically with an enormous array of people – writers, artists, programmers, directors, producers, studio executives, attorneys, licensing partners, wireless carriers.  Accordingly, it would be absolutely imperative to have a large, comfortable space with multiple flatscreens and other A/V equipment – since the easiest way to bridge a gap in understanding is to show something.  I would want full videoconferencing capability and – ideally- some method of translating presentations in-house for foreign collaborators.

Cela peut sembler une façon austère de commencer à planifier une installation, mais je crois que ce serait la pièce la plus importante dans le bâtiment. Comme indiqué précédemment, un producteur Transmedia doit être capable de communiquer clairement et précisément avec une énorme variété de personnes – écrivains, artistes, programmeurs, réalisateurs, producteurs, directeurs de studio, avocats, partenaires de licence, de services sans fil. En conséquence, il serait absolument impératif d’avoir un grand espace à l’aise avec les écrans plats multiples et d’autres appareils A / V – depuis le moyen le plus facile de combler une lacune dans la compréhension est de montrer quelque chose. Je voudrais capacités intégrales de vidéoconférence et – idéalement-une méthode de traduction des présentations à l’interne pour les collaborateurs étrangers.

Des espaces de rédaction insonorisés

Comme on l’a vu précédemment, un producteur Transmedia peut facilement travailler avec des écrivains à distance via Internet et éditer et collaborer sur des projets d’histoires, des biographies des personnages, des scénarios et ainsi de suite. Toutefois, une installation Transmedia de rêve  devra également encourager les écrivains à venir travailler sur place dans un environnement intime et confortable. Comme avec tous les «espaces artistes» au sein de l’établissement, ces salles doivent être suffisamment isolées pour que les écrivains ne se sentent pas espionnés.

Un studio de Visual Artist

C’est peut-être, le cœur de l’installation. Mirada Del Toro emploiera 50-100 artistes-maison et mon rêve d’une installation Transmedia viserait aussi à apporter un espace pour les artistes le plus au point. En fait, je voudrais offrir des espaces à la fois pour les designers traditionnels (crayon et encre) et ceux qui travaille avec la conception assistée par ordinateur et de rendu (une version épurée des installations comme Weta Digital). Il ne serait pas nécessaire d’avoir la puissance de calcul pour effectivement rendre et animer les SFX d’un film (ou d’un jeu vidéo) sur place – ce serait sous-traitée à une entreprise dédiée. Toutefois, une partie de la responsabilité du producteur Transmedia est de superviser la création d’une esthétique qui a du sens sur des plateformes multiples, de sorte qu’il serait utile de disposer d’un espace sur le site qui encourage les artistes à faire de leur mieux

Une suite d’édition et d’animation

Comme indiqué plus haut, l’objectif de l’installation ne serait pas de produire un projet commercial pour un utilisateur final, mais plutôt de développer et de gérer le développement d’une IP pour garantir une continuité à travers les plates-formes. À cette fin, il serait utile d’avoir Final Cut ou des postes de travail Avid  mis en place qui pourraient être utilisées pour démontrer à des partenaires comment un personnage particulier doit se déplacer, ou peut-être de décrire une séquence entière de storyboards animés de style-Pixar.

Un espace de prise de vue avec écran vert

Il est probable que Del Toro utilisera Mirada pour shooter certaines séquences de en motion capture qui finiront dans un film fini – rappelant, par exemple, Troublemaker Studios de Robert Rodriguez , où la majeure partie de Sin City a été filmé. Toutefois, je m’attends à ce que la zone d’écran vert serait surtout utilisée à des fins de prévisualisation, soit pour travailler sur des plans spécifiques et des séquences ou comme un outil de pitching. Imaginez si un potentiel partenaire financier ou commercial pourrait – en plus d’entendre l’histoire et de voir des dessins de personnages – voyagerait à travers l’Univers de l’histoire dans un style de «réalité virtuelle ». Si vous avez vu les scènes bonus du DVD du Seigneur des Anneaux ou de celui d’Avatar , vous aurez une idée de ce que je veux dire. Je tiens à souligner que ce ne serait pas limitée à des mondes imaginaires ; imaginez être capable de marcher à travers une maquette de la maison de  » The Shining », du champ de bataille de « sauver le soldat Ryan », ou un ensemble du Moulin Rouge avant que le repérage ou que la construction ait même commencé.

Mobile Programming and Compatibility Suite Programmation et Mobile Suite Compatibilité

Je m’attends à ce que la plupart des applications actuelles de programmation pour mobile  et les éléments du web auraient lieu hors site. Cependant, je parlais récemment à un responsable de Microsoft qui m’a dit que l’un des plus gros problèmes avec le mobile est d’assurer la compatibilité multi-plateforme. Par conséquent, je voudrais mettre en place une suite qui permettrait de tester les contenus pour mobiles à , et d’effectuer le dépannage, sur l’ensemble des principales plates-formes mobiles et des systèmes d’exploitation. Dans une certaine mesure, c’est une question que doit régler le partenaire de programmation mobile, mais ce serait bien si le Producteur Transmedia pouvait vérifier l’expérience le plus tôt possible pour parer à d’éventuels problèmes sur toute la ligne.

Une bibliothèque

D’un point de vue personnel, c’est ce que j’aimerais voir dans un espace de travail – une grande, accessible, bibliothèque physique. Il aurait plusieurs composantes: une bibliothèque de scripts divisé par IP avec chaque brouillon clairement étiquetés et déposés; une banque de projets disponibles pour option ou à l’étude (en fait, j’aimerai  obtenir de chaque agence littéraire de m’envoyer l’ensemble de leurs meilleurs livres); et une « bibliothèque de mythologie. » La bibliothèque de mythologie serait, par essence, une base de données exhaustive des histoires classiques, mythes et fables (en grande partie dans le domaine public) qui pourraient être mises à contribution pour l’inspiration quand on a un blocage créatif.

Considérations d’ordre pratique, et quoi encore?

Naturellement, c’est en grande partie de l’utopie.  L’installation pourrait devenir trop lourde à gérer pour son propre bien. Mais, s’il est géré de manière efficace, un tel espace pourrait être un havre de classe mondiale pour les créations de classe mondiale. Ma dernière question est donc: qu’est-ce que j’ai raté?